Search
Le groupe d’étude sur les marqueurs moléculaires de la résistance en Afrique de l'Ouest

Le groupe d’étude sur les marqueurs moléculaires de la résistance en Afrique de l'Ouest

Mise à jour et aperçu général

Le groupe d'étude a été lancé en avril 2018. Il est actuellement ouvert aux nouveaux membres qui ont des données correspondant aux critères d'inclusion.

Raison d'être

La résistance à tous les médicaments antipaludiques actuellement disponibles — y compris les dérivés de l’artémisinine qui ont joué un rôle central dans la diminution mondiale de la charge du paludisme depuis 2000 — a été confirmée dans le Bassin du Mékong en Asie du Sud-Est. Au cours des dernières années, les études africaines d'efficacité thérapeutique ont montré que l’efficacité de l'artéméther-luméfantrine diminuait avec des taux d'échec de traitement >10 % rapportés dans des sites en Angola 1,2, au Burkina Faso, en Gambie, au Kenya et en Ouganda 3,4. Pour prolonger l'efficacité des ACT utilisés dans le traitement — et des médicaments utilisés au cours de la chimioprévention du paludisme saisonnier, l'évaluation régulière et la surveillance de la résistance des parasites sont essentielles pour engendrer des informations permettant l’élaboration d’une politique du médicament et de gestion de la résistance aux médicaments.

Certaines mutations des gènes de Plasmodium falciparum (P.f) ont depuis longtemps été reconnues comme étant des marqueurs de résistance aux antipaludiques5-8, et l’étendu de l'échec clinique a été associé à la présence de ces mutations de résistance au niveau de la population9,10. L’identification à la fois des variations du nombre de copies d'un gène (CNV) et des polymorphismes mononucléotidiques (SNP) dans les gènes de P.f permet de surveiller l'émergence et la propagation des populations de parasites résistants11. Cette surveillance moléculaire peut être utilisée pour suivre l'impact des mesures préventives comme le traitement préventif intermittent pendant la grossesse et la chimioprévention du paludisme saisonnier, ainsi que pour évaluer le bien-fondé des politiques de traitement actuelles.

Beaucoup de données sur les marqueurs moléculaires ont déjà été recueillies, mais nombre d’entre elles ne sont pas publiées ; de plus, l'établissement de rapports reste hétérogène, ce qui signifie qu'il est très difficile d'obtenir une image précise des donnes probantes existantes. La publication est également un processus long (de plusieurs mois à plusieurs années) qui retarde la diffusion de l'information. Le rassemblement des données probantes, leur normalisation et leur transformation en des formats facilement accessibles permettent de mettre à la disposition des décideurs un résumé de toutes ces informations.

Objectifs

Les objectifs spécifiques du groupe d’étude sont :

1   Recueillir et normaliser les données probantes existantes sur les génotypes connus associés à la résistance aux antipaludiques à partir de sources publiées et non publiées

2   Développer une page web dans le site web de WWARN pour partager les ressources et les données probantes produites par le groupe (l'accès peut être limité aux seuls membres du réseau)

3   Développer les relations déjà établies par le Centre régional de l'Afrique de l'Ouest de WWARN pour encourager le partage de données à des fins de visualisation collective et d’analyse des tendances

4  Développer des cartes nationales et/ou régionales des données probantes recueillies et, le cas échéant, prolonger les cartes de points par des cartes d’activité continue avec support de modélisation

Sous réserve d'obtenir les fonds nécessaires, organiser un atelier pour rassembler les chercheurs clés, renforcer la confiance et les relations et entreprendre une formation sur la gestion et l'analyse des données

Données minimales requises

  • Études de collecte de données primaires avec résultats de fréquence ou prévalence des marqueurs à partir des échantillons de pré-traitement/d’inclusion.
  • Résultats de génotype pour au moins un génotype pfcrt, pfmdr1, pfdhfr, pfdhps ou K13.
  • Échantillons prélevés dans l'un des pays suivants : Sénégal, Burkina Faso, Mali, Bénin, Niger, Mauritanie, Guinée, Nigéria, Togo.
  • Lieu et année de la collecte des échantillons.

Normalisation et analyse des données

Après le téléchargement dans son organe d'archivage de données, WWARN normalisera les ensembles de données en fonction de la méthodologie de l’outil WWARN Molecular Surveyor.  Le plan d'analyse statistique sera déployé par les membres du groupe avant toute analyse.

 

Gouvernance du groupe d’étude

Le groupe d'étude rassemble des chercheurs qui ont contribué à l'analyse groupée en fournissant des jeux de données pertinents. Les jeux de données restent la propriété du chercheur. Le groupe d'étude décide collectivement d'ajouter des études supplémentaires, des analyses de données et des plans de publication, en accord avec la politique de publication WWARN. Le groupe d'étude nomme une ou deux personnes pour coordonner les activités, notamment l'analyse des données, la rédaction des publications et les rapports qui seront ensuite examinés par le groupe.

Pour plus de détails, s'adresser à Magatte Ndiaye (magatte [dot] ndiaye [at] wwarn [dot] org(link sends e-mail)), Paul Sondo (paul [dot] sondo [at] wwarn [dot] org(link sends e-mail)) and/or Georgina Humphreys (georgina [dot] humphreys [at] wwarn [dot] org(link sends e-mail))