Search

Partenariat In vitro entre WWARN et l'Institut Pasteur du Cambodge

17 March 2014

L'Institut Pasteur a récemment publié deux tests de laboratoire et de terrain, qui sont en corrélation avec la lente clairance du parasite qui caractérise la résistance à l'artémisinine. Ces essais ont été un élément clé de l'identification d'un marqueur génétique de la résistance à l'artémisinine en collaboration avec des collègues de l'Institut Pasteur de Paris, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de Toulouse et l'Institut national américain des allergies et maladies infectieuses (NIAD).

Nous sommes heureux d'annoncer un nouveau partenariat avec l'Institut Pasteur de Phnom Penh, au Cambodge, pour diriger le module In Vitro du WWARN. Didier Ménard conduira les activités in vitro du WWARN, conjointement avec Benoit Witkowski.

Didier confirme : « L'Institut Pasteur du Cambodge est heureux de faire partie d'un nouveau partenariat avec le réseau WWARN. Nous avons hâte de renforcer notre expérience et de développer de nouvelles opportunités de travail, telles que la mise en œuvre d'outils phénotypiques in vitro pour guider l'utilisation des composés dérivés et non dérivés de l'artémisinine de l'ACT, et le développement des études collaboratives à travers des approches multidisciplinaires. Ce sera également l'occasion de partager nos expertises afin d'étayer d'autres choix de traitement s'il y a suspicion de pharmacorésistance. »

La première initiative débutera ce mois-ci avec un programme de formation en partenariat avec le Kenya Medical Research Institut (KEMRI) et des collègues du Walther Reed Army Institute of Research (WRAIR) à Kisumu, au Kenya, du 2 au 12 mars. Cette formation permettra de renforcer les compétences des chercheurs concernant une nouvelle procédure qui décrit deux méthodes d'évaluation de la sensibilité de Plasmodium falciparum, le parasite responsable du paludisme, au traitement médicamenteux à base d'artémisinine.

Le premier test, in vitro, RSA 0- 3h  (Ring‐stage Survival Assay), est réalisé de 0 à 3 heures après l'invasion sur des stades « rings » obtenus à partir de parasites adaptés aux cultures in vitro. La deuxième approche, ex vivo, RSA (Ring‐stage Survival Assay) ex vivo, est réalisée sur des isolats de parasites fraîchement prélevés sur des patients impaludés. Au cours des deux tests, les parasites sont exposés à une dose de 700 nM de dihydroartémisinine (DHA) pendant 6 heures ; leur taux de survie est mesuré 72 heures plus tard.

Pendant plusieurs jours, l'équipe KEMRI recevra les conseils approfondis et l'appui de Benoit Witkowski pour définir la lecture microscopique du RSA et effectuer les analyses RSA in vitro et ex vivo, respectivement sur 6 souches adaptées et sur 6-10 isolats frais, sur le site de recherche KEMRI de Kisumu.

Le groupe sera alors en mesure de détecter la présence de parasites résistants à l'artémisinine, si ces derniers apparaissent sur leur site ; site qui devrait à l'avenir renforcer la capacité de son personnel de recherche à réaliser des essais de surveillance du paludisme. Il est à espérer que cela encouragera également l'émergence de nouveaux projets communs avec KEMRI et d'autres instituts de recherche, afin de surveiller l'éventuelle apparition ou propagation de la résistance du paludisme dans le monde.

Téléchargez et partagez le mode opératoire normalisé (SOP) intitulé : Dosage Ring-stage Survival Assays (RSA) pour évaluer les sensibilités in-vitro et ex-vivo de Plasmodium falciparum à l'artémisinine.

Vous pouvez également accéder au document PCR et séquençage pour le génotypage de candidats SNP responsables de la résistance à l'artémisinine dans le gène Kelch 13.

Les parasites adaptés aux cultures in vitro et résistants à l'artémisinine de Didier Ménard de l'Institut Pasteur du Cambodge ont été déposés au Centre MR4 pour que les investigateurs puissent les utiliser comme témoins dans le test sur le stade « ring » et d'autres applications. Six isolats de cultures, en commençant par MRA-1236 Plasmodium falciparum IPC3445 Pailin Cambodge 2010, seront disponibles sur demande dans le catalogue en ligne des ressources BEI à partir d'avril 2014. Pour demander ces souches, les investigateurs doivent s'inscrire aux Ressources BEI pour accéder au catalogue en ligne de niveau 2. Les renseignements sur l'inscription à l'accès en ligne à tous les réactifs et cultures MR4 et Ressources BEI, mis gratuitement à la disposition des investigateurs à travers le monde par le biais du NIAID, peuvent être consultés ici.

Visitez l'Institut Pasteur du Cambodge et l'initiative KEMRI pour en savoir plus sur leur travail. Si vous aimeriez participer à une séance de formation RSA, veuillez envoyer un email à bwitkowski [at] pasteur-kh [dot] org en mentionnant vos coordonnées.