Search

NOUVEAU groupe scientifique sur le paludisme pendant la grossesse

20 June 2016

Le paludisme pendant la grossesse peut affecter gravement la vie de la femme enceinte, ainsi que celles du fœtus et du nouveau-né. 

On estime qu’il est responsable d’environ 10 000 décès maternels et de 100 000 décès de nouveau-nés chaque année dans le monde. Les risques sont les suivants : mort néonatale, mortinaissance, avortement spontané, naissance prématurée, paludisme grave, faible poids à la naissance et anémie mortelle. 

 MiP Infographic 1 

Source : Groupe de travail MiP Faire reculer le paludisme (Roll Back Malaria, RBM)

L'Organisation mondiale de la Santé recommande un certain nombre d'approches permettant de sauver des vies, y compris l'administration de routine d’un traitement préventif intermittent (TPIg) à l'aide de l'antipaludique sulphadoxine-pyriméthamine (SP), de concert avec d'autres mesures essentielles pour assurer l'efficacité du diagnostic, du traitement et de la prévention du paludisme chez la mère et l'enfant.

Source : Groupe de travail MiP Faire reculer le paludisme (Roll Back Malaria, RBM)

L'OMS et les partenaires de l’action mondiale Faire reculer le paludisme préconisent l'utilisation généralisée du TPIg-SP comme stratégie de prévention et de protection. Ce traitement peu couteux, à faible risque et qui a fait ses preuves, doit être administré aux femmes enceintes dès le 2e trimestre de leur grossesse dans les zones de transmission du paludisme modérée à élevée.

Pour s'assurer que la SP demeure un antipaludique efficace aussi longtemps que possible, il est nécessaire de poursuivre les recherches pour comprendre l'émergence de la résistance aux médicaments antipaludiques et son ampleur. Nous devons également analyser les effets de la résistance aux antipaludiques sur l'efficacité du traitement préventif intermittent (TPIg) pour lutter contre le paludisme pendant la grossesse.

Pour répondre à ces lacunes dans nos connaissances, le consortium Malaria in Pregnancy (MiP) a mis sur pied un nouveau groupe scientifique en partenariat avec les chercheurs de WWARN pour aborder un certain nombre de questions relatives au TPIg-SP et à l'innocuité des médicaments pendant la grossesse.

Le groupe scientifique sur le paludisme pendant la grossesse examinera l'innocuité de toute une gamme d'antipaludiques utilisés à tous les trimestres de grossesse en Afrique et en Asie. Il mettra également l'accent sur les effets de l’intensité de la résistance à la SP et de la transmission du paludisme sur l'efficacité du TPIg avec SP pour les cas de faible poids à la naissance. Il cartographiera également les régions où des stratégies différentes de contrôle basé sur les médicaments pourraient être utilisées selon les niveaux de la résistance à la SP et l'intensité de la transmission. En outre, le groupe de travail étudiera l'innocuité et l'efficacité du TPIg à l’aide de la dihydroartémisinine-pipéraquine (DP) ainsi que le criblage intermittent et le traitement à l'artéméther-luméfantrine (AL) et la dihydroartémisinine-pipéraquine (DP).

La collecte et l'analyse groupée des données sur l'efficacité, la tolérance, l’innocuité et les propriétés pharmacocinétiques des médicaments antipaludiques, utilisés tant pour la prévention du paludisme que dans le traitement pendant la grossesse, appuieront l’élaboration d’un traitement pendant la grossesse et d’une politique de prévention basée sur des données probantes et soutiendront l'effort mondial d’éradication du paludisme. La collaboration entre les instituts de recherche et les disciplines scientifiques nous aidera à protéger et à sauver les vies d’un plus grand nombre de femmes et d'enfants. 

Consultez le résumé complet des objectifs et des activités du groupe scientifique sur le paludisme pendant la grossesse.

Afficher en plein écran le résumé graphique « S’investir dans le paludisme durant la grossesse en Afrique subsaharienne » et le plan d’action du groupe de travail sur le paludisme durant la grossesse.

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter la coordinatrice du groupe scientifique MiP Jenny [dot] Hill [at] lstmed [dot] ac [dot] uk