Search
Professeure Karen Barnes animant la réunion satellite au GFBR 2018. Credit: Wellcome trust / SAMRC

Partage de nos dernières activités régionales en Asie et en Afrique à l’occasion de 4 conférences

17 December 2018

Professeure Karen Barnes a présenté l’approche WWARN du partage équitable des données lors d’une réunion satellite dans le cadre du Forum mondial sur la bioéthique dans la recherche (GFBR) en Afrique du Sud, 13-14 novembre 2018.

Le Forum mondial sur la bioéthique dans la recherche (Global Forum on Bioethics in Research - GFBR) est un partenariat informel établi par un certain nombre d’organisations dont le Wellcome Trust, l’Organisation mondiale de la santé, le Medical Research Council et le Partenariat Pays en développement-Europe pour les essais cliniques (EDCTP).

Professeure Barnes, cheffe du groupe pharmacologie de WWARN et du Centre régional WWARN d'Afrique du Sud, a participé cette année à la réunion satellite du GFBR, qui offre une plate-forme d’échanges destinée aux personnes provenant de pays à revenu faible et intermédiaire pour discuter des questions d’éthique touchant leur pratique de la recherche.

WWARN a présenté trois approches qui favorisent une plus grande équité dans le partage de données :

  1. Partage de la boite à outils WWARN destinée aux essais cliniques sur le paludisme qui fournit les outils et ressources nécessaires pour concevoir, planifier et collecter des données. Le téléchargement de plus de 100 ressources est gratuit.
  2. Les groupes d’étude de WWARN encouragent les chercheurs à partager, analyser et publier leurs résultats collectivement. Pr Barnes explique en détail la démarche du groupe d’étude dans un article récent.
  3. Le renforcement des capacités encourage les approches de recherche équitables. WWARN offre également des formations et mentorats – en gestion des données, analyse statistique et rédaction de manuscrit – aux chercheurs recueillant des données afin qu’ils puissent développer leur propre programme de recherche. 

Pr Barnes a mis en évidence un certain nombre de difficultés qui font actuellement obstacle au partage équitable des données, au premier rang desquelles figure le financement : « Le partage équitable des données requiert des investissements dans les ressources facilement accessibles pour améliorer la qualité et l’efficacité des collectes de données primaires et des analyses secondaires. Un financement spécifique, à moyen ou long terme, est essentiel pour que les plates-formes de données — comme WWARN ou IDDO — restent durablement percutantes pour soutenir les communautés de recherche sur les maladies liées à la pauvreté. »

Mehul Dhorda, chef du Centre régional WWARN d’Asie, conjointement avec des partenaires de l’unité de recherche Mahidol-Oxford, ont récemment présenté leur travail à la Joint International Tropical Medicine Meeting 2018 (JITMM) qui a eu lieu à Bangkok. Mehul Dhorda a exposé les résultats préliminaires du programme de Collaboration pour le suivi de la résistance (TRAC II) au nom du coordinateur de projet Rob van der Pluijm et des partenaires du projet.

Suttipat Srisutham, un collègue du Centre régional d’Asie, a présenté à la JITMM les résultats d’une étude récente intitulée « Surveillance moléculaire et in vitro de l’efficacité des médicaments associés aux thérapies combinées à base d'artémisinine (ACT) dans le Bassin du Mékong ». Pour la première fois, les résultats d’échantillons sanguins ont été rassemblés et téléchargés dans l’outil WWARN Molecular Surveyor dans les 4 mois suivant la date de réception des échantillons. L’étude a collecté et contrôlé 2 474 échantillons sur sites en 2016-17 (1 800 pour pfmdr1 et 2 319 pour pfplasmepsin2) avec un taux de réussite global de l’essai de 79,55 % pour au moins un marqueur. 

Ces premiers résultats démontrent la faisabilité de la surveillance moléculaire en temps quasi-réel de la résistance aux médicaments associés des ACT. Les chercheurs et les décideurs régionaux peuvent utiliser l'outil Molecular Surveyor pour soutenir les efforts de lutte contre le paludisme dans le Bassin du Mekong. Nous attendons la publication détaillée des résultats complets par l’équipe de l’université Mahidol en 2019.

Elizabeth Allen, coordinatrice scientifique au Centre régional WWARN d’Afrique du Sud, a récemment présenté les ressources en accès libre destinées à celles et ceux qui travaillent dans la recherche sur la sécurité des médicaments — en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire — à la réunion annuelle de la Société internationale de pharmacovigilance 2018. Les ressources disponibles sur le site Web Global Pharmacovigilance viennent compléter les outils de sécurité des essais cliniques de la boite à outils WWARN destinée aux essais cliniques sur le paludisme, le travail de WWARN sur la qualité des médicament antipaludiques et les meta-analyses de WWARN sur la sécurité.

L'équipe de WWARN a également participé au 9e Congrès de la SOAP, au Bénin, pour soutenir nos partenaires de recherche d’Afrique de l'Ouest. Pr Oumar Gaye et Dr Magatte Ndiaye ont présenté les activités de WWARN concernant la résistance aux médicaments et le renforcement des capacités dans la région.

Avez-vous assisté à l’un de ces événements ? Partagez vos moments forts et vos photos avec nous info [at] wwarn [dot] org  ou sur Twitter @WWARN

En savoir plus sur nos groupes d'étude, la boite à outils destinée aux essais cliniques sur le paludisme ou nos activités régionales. Envoyer un courriel à info [at] wwarn [dot] org