Search
Plus de 200 délégués ont assisté à la conférence MQPH 2018

Les participants à la conférence MQPH 2018 signent la déclaration d’Oxford et s’engagent à améliorer radicalement la qualité des médicaments

30 November 2018

Plus de 40 organisations ont jusqu'à présent signé la déclaration d’Oxford développée par IDDO et l’initiative Medicines We Can Trust au cours de la toute première conférence universitaire consacrée à la qualité des médicaments et la santé publique, qui a eu lieu à Oxford du 23 au 28 septembre 2018.

Plus de 200 délégués résidant dans plus de 50 pays ont fait le voyage jusqu’à Oxford pour assister à la conférence organisée par IDDO et d’autres partenaires, dont l’unité de recherche Mahidol-Oxford et le Wellcome Trust. La conférence a inspiré de nouvelles collaborations et de nombreuses discussions sur les médicaments de qualité inférieure et falsifiés. Beaucoup de partenaires de la conférence sont les principaux intervenants de la nouvelle campagne Medicines We Can Trust (Médicaments de confiance)(# MedsWeCanTrust) qui a été lancée cette année par l’United States Pharmacopeia.

La déclaration d’Oxford, présentée dans son intégralité ci-dessous, est la première production clé des délégués de la conférence. Elle témoigne de l’engagement collectif pour que chacune et chacun aient accès à des médicaments de qualité. IDDO est signataire et défend les priorités suivantes :

  1. La qualité des produits médicaux est essentielle pour protéger des vies dans le monde. Les produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés réduisent à néant les avantages de l’accès aux soins de santé modernes, en particulier pour les plus vulnérables.
  2. Nous devons travailler en collaboration dans tous les secteurs pour sensibiliser et encourager la volonté politique, les investissements et les actions pour que les produits médicaux de qualité soient abordables et accessibles à toutes et tous.
  3. Nous nous efforcerons – à l’appui des recommandations de l’OMS – de prévenir et détecter les produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiés, de répondre à cette menace et d’assurer le renforcement mondial des systèmes de réglementation des médicaments.
  4. Nous appelons les gouvernements, les organisations nationales et internationales et les bailleurs de fonds à privilégier l’investissement financier et humain pour garantir une assurance qualité efficace et cohérente de la part de toutes les autorités nationales de réglementation des médicaments – notamment concernant le partage et l’harmonisation des données – avec des systèmes d’achat et d’approvisionnement liés et efficaces permettant un accès équitable et une amélioration de la santé à l’échelle mondiale.

La publication d’une déclaration de consensus plus large, précisant les questions clés – de recherche et de politique de la qualité des médicaments – à privilégier à l’avenir, est prévue au printemps 2019, parallèlement aux activités coordonnées par l’initiative Medicines We Can Trust.

Professeur Paul Newton, chef du groupe IDDO sur la qualité des médicaments et directeur du Lao-Oxford-Mahosot Hospital Wellcome Trust Research Unit (LOMWRU), explique : « La déclaration de consensus d’Oxford présentera les principales perspectives et les prochaines étapes prioritaires à envisager pour lutter contre les médicaments de mauvaise qualité. Nous espérons organiser, dans le cadre de l’initiative #MedsWeCanTrust, un plus grand nombre de collaborations pour améliorer de manière tangible la vie des personnes touchées par ce problème de santé mondiale inacceptable ».

Une sélection de photos de la conférence sont disponibles sur le site de la Conférence MQPH 2018.

Suivez @IDDOnews et @WWARN pour connaitre les faits saillants de la conférence et explorer #MQPH2018 et #MedsWeCanTrust

Pour toutes demandes de renseignements des médias, merci d’envoyer un courriel à Andrea Stewart : andrea [dot] stewart [at] iddo [dot] org

Pour en savoir plus sur notre programme de qualité des médicaments, envoyez un courriel à info [at] iddo [dot] org.

 

La déclaration d’Oxford

« L’accès à une couverture médicale sûre et efficace est essentiel aux objectifs de l’OMS. Il n’y a pas de couverture de santé universelle, pas de sécurité sanitaire sans accès à des médicaments de qualité. »

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS

jeudi 27 septembre 2018

Octobre 2018 : Toute personne est en droit d’attendre d’un produit médical – médicament, vaccin ou trousse de diagnostic – qu’il remplisse ses fonctions lorsqu’il est utilisé. Trop souvent, ce n'est pas le cas. Les produits médicaux de qualité inférieure résultent d’erreurs, de négligence ou de mauvaises pratiques de fabrication, de stockage et/ou de transport. En revanche, les produits falsifiés sont le résultat de fraudes criminelles. Les produits novateurs comme génériques sont touchés.

Les produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés existent dans le monde entier, mais ils sont plus fréquents dans les pays où les autorités nationales de réglementation des médicaments manquent de ressources.

Des représentants de gouvernements, d’organismes nationaux et internationaux, d’organisations non gouvernementales, d’associations professionnelles et d’établissements universitaires ont participé à la 1ère conférence internationale sur la qualité des médicaments et la santé publique au Keble College, à Oxford, les 23-28 Septembre 2018.

Les participants ont discuté des dernières données sur l'épidémiologie des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés, leurs répercussions économiques, sociales, juridiques et éthiques, ainsi que leurs conséquences sur la santé. Ils ont débattu des interventions visant à assurer à chaque personne, à travers le monde, l’accès à des produits médicaux abordables et de qualité garantie.

Les organisations énumérées ci-dessous et celles formant l’initiative #MedsWeCanTrust sont parvenues au consensus suivant :

a/ La qualité des produits médicaux est essentielle pour protéger des vies dans le monde. Les produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés réduisent à néant les avantages de l’accès aux soins de santé modernes, en particulier pour les plus vulnérables.

b/ Nous devons travailler en collaboration, dans tous les secteurs, pour sensibiliser et encourager la volonté politique, les investissements et les actions pour que les produits médicaux de qualité soient abordables et accessibles à toutes et tous.

c/ Nous nous efforcerons – à l’appui des recommandations de l’OMS – de prévenir et détecter les produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiés, de répondre à cette menace et d’assurer le renforcement mondial des systèmes de réglementation des médicaments.

d/ Nous appelons les gouvernements, les organisations nationales et internationales et les bailleurs de fonds à privilégier l’investissement financier et humain pour garantir une assurance qualité efficace et cohérente de la part de toutes les autorités nationales de réglementation des médicaments – notamment concernant le partage et l’harmonisation des données – avec des systèmes d’achat et d’approvisionnement liés et efficaces permettant un accès équitable et une amélioration de la santé à l’échelle mondiale.

Une déclaration de consensus détaillée, en cours d’élaboration avec tous les partenaires de la conférence, décrit les priorités et les recommandations pour la communauté de qualité des médicaments. Elle devrait être publiée en 2019.

Signé par (par ordre alphabétique) :

  • Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia
  • Asia Pacific Leaders Malaria Alliance (APLMA)
  • The Association of Mongolian Pharmacy Professionals
  • Medicines Working Group of Be-cause Health
  • Brazzaville Foundation
  • CIRM VIBRASANTE hub & V4F Consortium
  • Clinica Integral Almas (CIAM A.C.)
  • Council for International Organizations of Medical Sciences (CIOMS)
  • Dahdaleh Institute for Global Health Research at York University, Canada
  • East African Center of Excellence for Vaccines, Immunizations and Health Supply Chain Management
  • The Erasmus School of Health Policy and Management at Erasmus University
  • Farmanguinhos, Oswaldo Cruz Foundation, Ministry of Health Brazil
  • The George Institute for Global Health
  • Global Clinical Practice Alliance (GCPA)
  • hera
  • Infectious Diseases Data Observatory (IDDO)
  • Innospectra
  • Institute of Tropical Medicine, Antwerp
  • Intellectual Ventures’ Global Good Fund
  • International Alliance of Patients’ Organizations (IAPO)
  • The Joint Faculties of Humanities and Theology, Lund University, Sweden
  • Kanazawa University, Medi-Quality Security Institute, Japan
  • Kenya Medical Supplies Authority (KEMSA)
  • Liberia Medicines and Health Products Regulatory Authority
  • Lund University Faculty of Medicine
  • London School of Hygiene and Tropical Medicine
  • Mahidol Oxford Research Unit, University of Oxford
  • Malaria No More UK
  • Mission for Essential Drugs and Supplies (MEDS)
  • Nangarhar University Medical Faculty, Afghanistan
  • National Agency for Food & Drug Administration (NAFDAC), Nigeria
  • National Medical Stores (NMS)
  • National Medical Supplies Fund
  • Optel
  • QUAMED (Quality of Medicines for All)
  • Solthis
  • Strategic Initiative for Developing Capacity in Ethical Review (SIDCER)
  • University of Asia Pacific, Dhaka, Bangladesh
  • University of Malawi College of Medicine
  • University of the Western Cape, School of Public Health, South Africa
  • USP

Signé par